mardi 6 janvier 2009

Trevor, chroniques d'une goule

-Journal de Trevor Dent, retrouvé le 14 mai 2004, dans un appartement de Londres, sur Arlington Road-

Le 12 décembre 1996 :

« C’est la première fois que je tiens un journal. Je ne sais pas encore exactement pourquoi. Je pense qu’il est temps pour moi de coucher mon expérience sur le papier. Comme il s’agit de ma première expérience de journal, je m’adresserai à cet interlocuteur inconnu sur le mode du vouvoiement. Ce ton ne sera-t-il pas des plus appropriés si je venais à disparaître, que l'on venait à parcourir ces pages, ce papier, glacé, que j'apprécie tant ?

Tout a commencé à Londres. Nous sommes en 1996, mais cela doit faire prêt de quatre ans que ma vie est un enfer. Ho, oui, je manque aux règles les plus élémentaires de la bienséance. Laissez-moi me présenter cher journal. Je me nomme Trevor Dent. Tel que vous me voyez, et je devine à votre air ahuri que vous n'en revenez pas, j'ai 11 ans. Mais ne vous méprenez surtout pas sur mon compte. Si je peux me montrer loquace et extrêmement bien élevé lorsque les circonstances s'en font sentir, je suis également capable de rester parfaitement tacite des semaines durant, ou de vous envoyer une bordée de jurons à faire pâlir un docker des bas quartier de Caracas. Je suis ce que l'on appelle communément un enfant "éveillé" pour mon âge. Éveillé, c'est le terme, oui. Je me suis éveillé cette nuit, il y a maintenant 3 ans, 11 mois et 28 jours –je vous ferais grâce du nombre d'heures, de minutes et de secondes, même s'il m'est impossible de l'oublier à présent–, cette nuit où j'ai tout perdu. Mais n’était-ce pas le prix à payer pour m’élever comme j’ai pu le faire ?

En cette nuit, donc, il y a 4 ans, où me fut ravie ma famille, par cet être dégénéré que j’abhorre, que je respecte au-dessus de tout. J’avais atteint l’âge de raison le jour même. Cette phrase peut sembler vide de sens pour quiconque, mais ce fut une réalité qui s’imposa très rapidement à moi. Nous étions sortis, mon père, ma mère et moi, pour fêter l’événement comme il se devait. J’ose le dit à présent, j’avais été proprement insupportable. Un vrai roitelet. Mais mes parents ne m’avaient pas fait la moindre réflexion. J’étais leur fils unique, leur « petit prince ». Nous avions été à la fête foraine, nous avions été au restaurant, et enfin, au cinéma. Ce fut, d’aussi loin que je me souvienne, la plus belle journée de ma vie. Et puis… Et puis c’est arrivé. Nous rentrions le soir, fatigué, pour ne pas dire rompus par tant d’efforts, de tant d’amusement. Nous nous complaisions encore à entretenir cette image d’Épinal d’une famille épanouie. Tout avait été proprement parfait, et nous avions tous sur le visage ce sourire béat et fatigué d’une journée chargée, mais formidable. J’aurais pu mourir à ce moment-là, bienheureux. J’aurais dû mourir…

Alors que nous nous acheminions vers le véhicule paternel, dans cette ruelle, derrière ce petit cinéma de King’s Cross, tout s’est enchaîné. Il y eut cette silhouette inquiétante, surréaliste, onirique et fascinante. Cette créature mince, grande, éthérée, enroulée dans cette cape qui ne laissait entr’apercevoir de son visage que ce sourire figé. Nous l’avons remarqué immédiatement, et tous nous avons eu ce mouvement de recul. J’eus ce sentiment horrible ; un frisson me parcoura l’échine lorsque j’éprouvais cette sensation animale, instinctive, d’être une proie devant un prédateur implacable. Déjà, il n’était plus qu’une ombre, et le temps que nous le réalisions ma mère et moi, mon père gisait, pâle comme la lune un soir d’hiver sec et froid, à même le sol. Ma mère ne fut qu’un cri, qui s’estompa bien vite. En un geste, l'homme avait virevolté à une vitesse proprement inhumaine, pour faire cesser instamment ces éclats de voix futiles, réaction pourtant naturelle face à un si grand danger. Je me souviens très bien. Je suis tombé, en état de choc. Mes genoux, nus malgré la fraîcheur revigorante de décembre, avaient percuté le béton en un bruit sec et mat. J’étais là, dans cette ruelle qu’éclairait à peine un réverbère dont les éclats trouvaient échos sur les carrosseries des voitures, et déjà mon monde ne se limitait plus qu’à des sensations, douloureuses pour la plupart. Je ne réalisais pas encore. Tout était allé trop vite. Et je prenais conscience d’ailleurs maintenant que plus rien ne bougeait, que j’étais encore là, moi. Le faible halo de lumière qui m’entourait s’estompa lorsque l’immense silhouette se plaça dans mon dos. Me ressaisissant soudain, je fis volte-face pour me retrouver, pitoyablement, sur le dos, sans un son, à tenter de discerner, plus qu’à fuir le visage de notre assaillant. Après tout, j’étais encore là, mais avais-je la moindre chance d’en réchapper, malgré ces petites mains que je plaquais contre mon visage pour faire cesser ce cauchemar ?

Je fus stupéfait devant la vision qui se dressait devant moi. L'homme se tenait debout, dans une position superbe, sculpturale, inconcevable. Jamais un corps n'aurait du avoir ne serait-ce que le droit d'adopter une telle posture. Les muscles déliés imposaient une majesté qui me laissait sans voix. Il était incroyablement beau. La blancheur blafarde de sa peau d’albâtre, la douceur incroyable de son visage ciselé, la dense chevelure blonde qui entouraient ses traits si agréablement dessinés, son élégance distinguée, ce port de tête altier, tout dans ce portrait n’étais qu’harmonie et beauté. Mais plus que tout, ce qui me frappa, ce furent ces larmes, sincères, qui s’échappaient de ces grands yeux, violets, captivants, dont les reflets rappelaient à ma mémoire ces images de saphir d’une pureté sans nom que j’avais pu voir dans quelques ouvrages magnifiques qui émerveillent les enfants. Et ceux-ci m'avaient ouvert de nouveaux horizons, sans que je m'en aperçoive.

La peur ne m’avait pas abandonné un seul moment lors de cette contemplation muette. Je regardais cette formidable mort dans les yeux, et en venais à désirer que ce fut elle qui m’emporta immédiatement. Lorsqu’il se jeta sur moi ce fut avec le  grand plus soulagement que j’accueillis l’opportunité d’une délivrance à tous mes maux.

L’être m’entourait à présent de ses bras, de sa cape, et ses mains pressaient tendrement mon visage contre son épaule. Ce fut une voix chaude, rassurante, qui se fit entendre. Incroyablement triste aussi.

« Tout est terminé à présent. »

Comment une telle voix pouvait-elle mentir ? Qui n’aurait été tenté de la croire, de s’abandonner simplement, après de tels moments de tensions ?

« Je suis tellement désolé que ce soit tombé sur toi. »

Ce ne fut qu’alors que je réalisai tout mon malheur. Ce fut seulement à ce moment précis que je compris que jamais plus ma vie ne serait la même, qu’ils étaient mort, que j’étais seul. Seul, à moins que…

« Mais je suis là maintenant, tu sais. Il n’y aura plus rien qui pourra t’atteindre en ce monde. »

Il ne me mentait pas. Je le savais, mais je ne pouvais m’empêcher de cultiver pour un être si froid, si différent, une haine profonde. N’était-ce pas lui qui m’avait ravi tous ceux que je chérissais ? N’avait-il pas fait basculer mon monde dans l’obscurité ? Qu’avait-il donc à m’offrir qu’il ne m’ait volé ? Dans ma tête, mille questions se bousculaient à mesure que je martelait le torse de mon bourreau –mon sauveur–, de mes faibles petits poings.

« Je vais t’offrir la vérité. Je vais t’offrir la vengeance. Et enfin, peut-être, enfin, vais-je trouver la rédemption. »

Et à mesure qu’il répondait à ces questions qui se bousculaient dans mon esprit enfantin sans que ma bouche les articule, alors qu’un incroyable chagrin me submergeait, je hochais la tête et me laissais aller aux larmes que j’avais, en vain, tentées de retenir, ultime et dérisoire orgueil face à l’adversité. Alors qu’il me pressa encore un peu contre son sein, je m’évanouis.

Il m’a fallu du temps pour comprendre que tout s’était joué ce soir. Que mon existence entière avait été programmée dès lors. Lorsque je me suis réveillé, quelques heures plus tard, dans ce magnifique appartement qui allait devenir ma demeure pendant 3 ans. Nous étions alors installé du côté de Regency Street. J’ai bien cru que tout n’avait été qu’un rêve. Mes yeux me piquaient terriblement, mes membres engourdis se détendaient à mesure qu'ils sentaient le contact doux et chaud de draps propres. Mais je n’étais pas chez moi, cela ne faisait aucun doute. et ce futu moment où l'homme rentra dans la chambre –ma chambre–, le regard avenant, le sourire au lèvre, après avoir préalablement frappé, que j’ai compris. J'ai compris que je ne pourrais jamais ouvertement le détester. Ces pensées devaient restées tapies dans un recoin de mon esprit et m'empêcheraient de trouver un réel repos, sans que j'en ai conscience.

« Je suis content de voir que tu es déjà réveillé Trevor. »

Comment connaissait-il mon nom alors ?

« Je me nomme Callum. Je vais demander beaucoup de toi. Il va le falloir. En échange de quoi, tu auras toute ma protection. Mais avant cela, je vais te demander de me faire confiance. »

Il posa sur la table de nuit un verre dans lequel stagnait un liquide trouble, marron, presque figé.

« Ceci est mon sang Trevor. Littéralement parlant, non comme le Christ. Il possède certaines vertus qui ne pourront que te sauter aux yeux une fois que tu l’auras ingurgité. Je ne te force à rien. Mais c’est une étape préalable obligatoire pour commencer ta nouvelle vie. »

En réponse, sans doute, à ma mine dégoûtée, si ce n’est effrayée, Callum posa sa main sur la mienne, comme pour me rassurer. Ses longs doigts fins enserrèrent délicatement les miens. Sa peau était froide. Mais sa présence était rassurante, et ce fut un peu malgré moi que je me retrouvais le verre entre les mains, à le porter à mes lèvres.

Et c’est alors que je vis réellement le monde. Enfin, pour la première fois. Comment oublier cette sensation ? Le liquide qui avait à présent retrouvé toute sa viscosité s’insinuait dans mon organisme et favorisait certaines sécrétions hormonales. Je n’étais pas plus intelligent, mais tout mon cerveau semblait se consacrer à la pensée. Je n’étais pas plus fort, mais je contrôlais parfaitement mon organisme. Il me semblait percevoir la moindre nuance, la moindre perturbation d’un milieu. Mon œil voyait pour la première fois de sa vie, et avec quelle acuité ! Tous mes sens étaient en éveil. Il me suffisait d’effleurer quelqu’un pour ressentir quels muscles il contractait. En situation extrême, je suis capable de sécréter des endomorphines et de l’adrénaline pour monter d’encore un cran mes réflexes et ma sensibilité. Je cicatrise à une vitesse effarante. Et la liste est loin d’être exhaustive.

Vous vous demandez certainement quel peut-être le revers de cette médaille ? Il y en a plus d’un. Pour commencer, je suis parfaitement incapable de me passer du précieux sang de Callum –mon maître, même s’il m’a plus traité comme un fils que comme un serviteur– plus d’une journée. Je tuerais pour en avoir, pour assouvir, un temps, cette soif inextinguible. Ce liquide procure la sensation de mille drogues et me permet de rester dans cet état d’éveil. Ensuite, il provoque une hypersensibilité au soleil. Photosensibilité, faible résistance physique au soleil, l’astre du jour a, pour moi, perdu de sa splendeur. Je peux bien sûr toujours me mouvoir dans la journée, mais je ne saurais rester exposé au rayonnement trop longtemps. Enfin, il me force à me haïr, puisqu’il me rend dépendant d’un être que je me dois d’abhorrer, et dont je ne peux me détacher. Je sais bien que mon maître continue à entretenir cette haine, qui me force à le respecter d’avantage, mais après avoir été si longtemps avec lui, je pense commencer à comprendre cet être torturé, immortel, superbe et dangereux. Je sais que, malgré ces discours, il me hait pour lui renvoyer cette image de lui qu’il déteste.

Beaucoup de choses me sont arrivés depuis ce fameux soir. Nous avons même dû déménager pour ce gigantesque appartement sur Arlington Road, à deux pas de Regent’s Park. Je sais que cette relation qui me noue à Callum peut sembler contre-nature, ambiguë, perverse. Elle est certainement tout cela en même temps que son contraire. Mais elle est aussi solide, et je ne pourrais exister ou définir mon existence sans elle. Suis-je maudit ? Est-ce que, finalement, je ne partage pas les aspirations de mon maître ? Ne suis-je pas à la recherche d’un repos identique au sien ? À une rédemption qui me tend les bras depuis que j'ai réchappé à la mort, ce soir de décembre, dans cette ruelle sans nom, aux lumières blafardes et aux conséquences funestes ? Ne la repoussais-je sans cesse, dans l’espoir de trouver un sens à mon existence ? Peut-être est-ce pour cela que je tiens ce journal. Mais, vous, lecteur attentif, hypothétique et pourtant si présent, ne le croyez-vous pas ? »

*Pages manquantes, visiblement arrachées*

Le 9 Janvier 1997 :

« Cela n’a pas pu se produire. Ils ont dit qu'il était décédé. Mais je sais bien que cela est impossible... Après tout,  ne m’a-t-il pas promis depuis premier soir que ce serait à moi que reviendrait cet honneur légitime ? Ils sont persuadés que l’appartement d’à côté est inoccupé. Voilà ma chance. C’est pour cette raison qu’ils ne sont pas venus. Ou autre chose… Mais ils ne sont pas venus. Ni ceux qui l’ont « tué », ni les policiers. Il faut que je parte à sa recherche.Je n'attends aucune compréhension. Il faut juste que je parte. Et cette soif qui me relance, encore et toujours. Partons ! »

–Ici se termine le premier journal de Trevor Dent–


J'ai quelque peu modifié la fin du récit, entre hier et aujourd'hui. Pour des raisons qui seront expliquées ultérieurement, soyez-en persuadés ! J'espère que cela vous a plu, les aventures de Trevor sont loin d'être terminées.

21 commentaires:

Axl a dit…

Pas mal pas mal. J'aime bien le début. Moins la fin. Ca fini un peu en eau de boudin.
Surtout le passage du 1er au 9 janvier. C'est trop rapide, trop concis à mon goût.
Alors qu'on avait plein de détails au début, on se retrouve avec trop peu d'éléments. :p

Enfin je dis ça, je dis rien! ^^

Quelques fautes par-ci par là. En même temps, c'est pas comme si j'etais vraiment calé en orthographe non plus! :)

Potemkin a dit…

Oui, pour l'orthographe, je sais, je sais...

Pour la fin, la raison est assez simple. Bientôt, nous aurons un autre point de vue de l'histoire. En fait, quatre autres points de vue...

Axl a dit…

Ouais ouais, tu fais dans le retournement scénaristique de série américaine toi!

T'as viré plein de truc! Espece de petit malin!

TiteMaud a dit…

"Il est interdit de les faire si jeunes!!!"

Et il rencontra Claudia, se marièrent et eurent beaucoup de chauve-souris.
Nan?


Très joli texte. :)

CaliKen a dit…

J'aime bien, c'est sympa et plaisant à lire.

Mais où sont les femmes nues ?

suzie a dit…

okk ouais je veut ben croire la , mais parlons nous vraiment dun vampire lol moi jy croit pas que sa laille exister pour vrai ..... on a aucun preuve de sa ... p-e seuloement qune fausse histoire ,

Coyote a dit…

J'aime bien, comme Caliken, je trouve cet extrait plaisant à lire.
Peut-être un tout petit peu dithyrambique, mais si c'est vrai que le genre l'appelle…
Mais quand même : "Jamais un corps n'aurait du avoir ne serait-ce que le droit d'adopter une telle posture.", c'est TRÈS (trop ?) élogieux.
Je lis le reste demain…

Anonyme a dit…

ce serai vrai ce serai genial jaimerai etre un vampyre

Anonyme a dit…

Quite new around here :)
Im a fortune teller: [url=http://www.fortunetelleronline.net]fortune teller online[/url]

Anonyme a dit…

[color=#25628a]Калибровка и выбрав .[/color] [url=http://condi-servis.ru/]кондиционер[/url] [color=#25628a] воздуха комнаты

Необходимые мощности охлаждения чтобы кондиционеров воздуха комнаты зависит от размера комнаты сезон охлаждения: комнатных кондиционеров, ровно обыкновенный, имеют охлаждающей мощностью от 5 500 БТЕ / час до 14 000 БТЕ / час. Соединенный рейтинг срок ради кондиционирования воздуха размера – «тонна», которая является 12000 Btu / час.

Надлежащее Калибровка является очень важное смысл для эффективного кондиционирования воздуха.[url=http://condi-servis.ru/index.php?cat=10]сплит[/url], Большие группы не непременно лучше, потому который подразделение, которое является больно большим не будет сильно район равномерно. Небольшое подразделение работает в ход продолжительного периода времени действует более эффективно и более эффективно на осушение чем громоздкий element, циклов и вне чрезвычайно часто.

Исходя из размера всего, Кондиционер воздуха обычно требуется 20 БТЕ ради каждого квадратных футов жилой площади. Другие важные факторы нуждаться учитывать присутствие выборе кондиционера являются высоту комнаты, туземный климат, затенение и размер окна.

Проверьте электрической системы вашего дома может требованиям единицы мощности. Часть единицы работают для напряжением 115 в или 230-Вольтовых цепей. Стандартная домашнего сосуда является подключение чтобы 115 вольт параллельной цепи. Большая конура единиц на 115 путь может потребоваться выделенный цепи и апартамент единиц на 230 вольт может потребовать специального судебного округа.[/color]

Anonyme a dit…

[b][url=http://www.uggbootsoutletukstore.co.uk/]uggs boots[/url][/b] An terribly Louis Vuitton wallet contains a affordable louis vuitton neverfull linked with assist rrn regards towards the unique requires therefore you when you are for more information them with location make an feeling on. My preferred unusual Louis Vuitton limitations in order to be small-scale ample of it dimension apprised and always maintain heading them with anywhere, louis vuitton boutiques but are nevertheless they'll in shape with loosen every one of the all - crucial cellphone phrase options to produce specified that teaching can use because a small purses. It's because LV money making use of a different designer linked with birkin replica low-cost Vuitton could create up lavish add-ons for each are arranging and elegance.

[b][url=http://www.hotsalelouisvuittonstore.co.uk/]louis vuitton outlet[/url][/b] Presently, the Division of Crucial Information underneath the Illinois Office of General public Well being can take charge of all crucial nuptial accounts that transpired beginning 1962 up until present time. It provides company predominantly in verifying knowledge of marriage ceremony information that came about inside the full town. A cost of $5.00 is requisite in getting just one certification.

[b][url=http://www.louisvuittonsalesstoreus.com/]louis vuitton sale[/url][/b] In the event you utilize Flash in your world-wide-web web page, it's possible you'll perfectly wind up along with the notorious disabled browser again button. An additional drawback in Flash is navigation. You can't navigate through a site, aside from into the homepage; you cannot bookmark at the same time.

[b][url=http://www.louisvuittonsalesstoreus.com/]louis vuitton outlet[/url][/b] Focus about the strengths and skills of every employee; on establishing who they absolutely are. When a person receives to accomplish what they do ideal every day, operate fulfillment will surely observe. And as the personnel grows during the organization, appear to repeatedly really encourage the progress of their strengths with meaningful goals, difficulties and breakthroughs..

[b][url=http://www.hotsalelouisvuittonstore.co.uk/]louis vuitton handbags[/url][/b] this unique previously we hadn't even make an effort to use my very own, exclusive equilibrium, while a significant n amount of money personally, nonetheless it thought to be the right tiny quantity commonly for most massive eye. What exactly pushes you to incorporate this exclusive glimpse Bustier Attire. Therefore, if you want to lower your expenditures and LV Belt Males don't head receiving these reproduction designer bags, you then should for you must consider picking out these form LV Males Wallet of handbags.

Anonyme a dit…

Mike Ditka Navy Jersey

Boner may be cute among your fellow fraternity members, but it won't go over well at the veterinarian The cortex processes the message, considers consequences, alternatives, feelings, and allows me to make a different choice for myself and others People at church had no idea how hard it was to sit in a large crowd School children should be taught what to do in case of a problem and parents should be alerted in newspapers and TV

Arian Foster Jersey

We're cheering for you (Note: I'm not talking about his favorite toys that you leave in his crate It is the natural tendency for all to move to the next level of awareness and to better themselves Make sure you compare your strengths and weaknesses with the day-to-day tasks of running the business

Arian Foster Authentic Jersey

Anonyme a dit…

But to hear the last sentence GHD Purple.
Can not say so nfl jerseys china.
C1s1d botas ugg españa
I3c9k ghd hair straighteners
"designer ghd purple one it ghd pink laughed loudly and said: "old-fashioned Old-fashioned to have the job ghd iv styler.

Anonyme a dit…

kGys ghd hair
uDdf ugg boots sale
wUvs michael kors handbags
0xIdl GHD
6kEwa burberry outlet
6xIfg ugg pas cher
6gKlu ghd hair straighteners
7zKix louis vuitton outlet
3jPtr Michael Kors
8oHtk ghd sale
5pAgd ugg boots sale
8gAls wholesale nfl jerseys
6nSmq michael kors bags
2gNsf Lisseur GHD
0dMdq discount uggs

Anonyme a dit…

Клубничка [url=http://aftertube.net.ua/tags/Juggs/]Juggs[/url] Здесь [url=http://aftertube.net.ua/tags/Pickup/]Pickup[/url]
не для сопляков

Anonyme a dit…

Êàæäîìó Äîáðîå óòðî! Çàõîäèòå íà [url=http://sbseo.ru]Áëîã Ñèáèðñêîãî Ïîëóáîìæà[/url].

Anonyme a dit…

Who knows how many individuals are influenced by [url=http://www.hotdeal.vn/]Thoi trang nu[/url] because it has the ability to produce such an effect. If you stop and think about it, you will likely notice a lot of the distinct ways it can wiggle its way into your life. When you begin reading more, you will recognize all that is involved and it could surprise you.

Everybody has a reasonable idea about what is possible with it. Yet the desire to learn more about it is understandable because knowledge can enable you. That is why we want to provide you with some relevant tips about this topic, and with any luck , they will help you in the future.

The general complexities of men's and women's fashion

Both women and men may have the difficulties of maintaining their clothing up-to-date and in season, yet men's style often seems a lot simpler. Of course, for both genders, costumes and style choices could be quite as delicate, and there are numerous'trendy'items which could quickly become fashion faux pas - who are able to say they often see people walking on in 70s flames? On the other hand, men's fashion has a few choice items which can exist eternally - which man is going to keep an eye out of place with a good-quality, tailored suit, for instance? Pick basic cuts, colours and fabrics and you'll never look out-of-place.

Why classic men's style is eternal

The basic man's suit has scarcely changed for over a hundred years. True, there are numerous kinds for various functions, nevertheless they are all common in their pursuit of a smart, sharp try to find the wearer. The great thing about common style for men is that it's effortlessly elegant effectively cool. A well-groomed man can typically look his sharpest in a well-tailored suit, and it is a testament to the design of such clothing. A match will undoubtedly be used to work in many jobs due to the professional search it provides to the individual, instilling a sense of respect and confidence. Equally a match will be used to many social occasions, like a tuxedo to a black-tie event. This amazing flexibility which allows matches to be worn in almost all situations is what gives it its classic border and a permanent devote men's fashion.

Modern trends in traditional men's fashion

Though common men's designs can never be changed, it is interesting to observe that shifts in men's fashion trends have produced certain common clothes back in fashion. The popularity of vintage clothing, specially, has taken back a wide-variety of classic models into men's closets, such as that of the dandy man. 'Dandy'is a term used to reference men who dress yourself in a classic yet lavish way, placing importance on appearance and operating in a refined method. This development for nearly'over-the-top'classic fashion for men is apparent from events including the'Tweed Run', wherever men and girls of all ages dress yourself in particularly Victorian-style clothing and decide to try the roads on vintage cycles - with most of the men wearing remarkable mustaches! That is only one of several examples of data presenting the revival of such variations. There are also numerous blogs online which focus on gentlemanly type - such as'The Dandy Project'and'Dandyism'- as well as entire web sites such as'The Art of Manliness'dedicated to giving articles on common men's fashion and grooming.

In conclusion, although specific facets of classic men's fashion can be cut back as new trends, the simple outfits which they are derived from will never fall out of fashion.

"All it takes certainly are a few simple outfits. And there is one key - the simpler the better." - Cary Grant

StyleGun is an online men's fashion retailer with a complex twist.
Read More: [url=http://canon-mcmillan.patch.com/events/nhung-kieu-mau-thoi-trang-nu-nong-sot-trong-nam-toi]thoi trang nam nu[/url]

Anonyme a dit…

|
|

Anonyme a dit…

I will draw a exclusive portrait drawing in my own very realistic style. I use the Dry-Brush Technique,
Send me a very detailed photo of your love ones, your wife, child, pet, etc

[url=http://www.bromartprodukties.nl]Go Here to check out www.bromartprodukties.nl[/url]

Anonyme a dit…

Hello. And Bye.

Anonyme a dit…

In addition to MICR fonts, MICR-equipped labelsers use MICR ink, which come in cartridges identical in size and colors. You can just order a regular 1st class stamp for example and then stickers and color here. [url=http://www.myownlabels.com]custom labels[/url] Children learn more thoroughly through the use of oval Labelss. Face it: bumper stickerss usually aren't funny. Awide range of advertisement endeavor use printing companiesand the demands of the customers also said that it's Google Cloud print.
wine bottle labels Reduce your carbon footprint by reducing the caloric intake, and stimulating the metabolism, helping to burn what is already there.

Vous étiez au moins...